Suivi des malades à l'Hôpital de Montfermeil

Publié le par Kitty

Je dois un remerciement à l'hôpital de Montfermeil : en effet, maman est atteinte de la maladie de rendu-Osler comme décrite dans un précédent article, sujette à de graves hémorragies elle fait surveiller son taux d'hémoglobine et de fer dans le sang toutes les semaines.

En allant chercher ses résultats, le vendredi, je m'aperçois que ce taux est descendu à 7,2. affolée je téléphone au médecin traitant qui a bien sûr reçu les résultats par fax et lui demande de bien vouloir passer voir maman.

Je téléphone par ailleurs à l'
AMRO, l'association qui s'occupe de cette maladie afin de voir si de nouveaux traitements n'avaient pas fait leur preuve  (en effet la dernière fois que maman avait été à l'hôpital, malgré son taux très bas d'hémoglobine, le docteur avait suggéré d'attendre et l'avait renvoyé à la maison sans lui faire de transfusion, il faut dire qu'elle en avait déjà eu une la quinzaine précédente. La présidente de l'association m'indique qu'au lieu de transfusion les médecins avaient essayé la perfusion de "Venofer" et qu'il fallait que j'en fasse la demande et que ce produit avait eu de bon résultats sur une malade.

Entre-temps l'hôpital avait téléphoné à maman pour qu'elle voie avec le médecin de famille si son état pouvait attendre le mercredi, une chambre l'attendait à la polyclinique de Montfermei et que se serait plus confortable que d'attendre aux urgences sur un brancard, dans un couloir.

Après le passage du médecin de famille je suis restée chez elle la nuit car j'avais très peur qu'elle fasse une autre hémorragie qui avec ce taux déjà très bas pouvait être catastrophique.


Le mercredi arrive,  et maman est accueillie dans une chambre en vue de sa transfusion. Pendant qu'on lui fait une prise de sang nous demandons avec ma soeur à voir le médécin, nous avions une liste de questions à poser,  Un tout jeune médecin arrive, très ouvert, qui écoute attentivement nos demandes :
  • Pourquoi ne peut-elle bénéficier d'EPO, cela peut paraître un question idiote mais cela ne coûte rien de demander. Le médecin répond que ce n'est pas possible dans sont état parceque le carburant d' l'EPO c'est le fer et c'est justement ce qui lui manque.
  • Pourquoi comme pour les greffes d'organes la famille ne peut-elle pas donner du sang ? Réponse du médecin : les risques de fabriquer des anticorps sont identiques au dons ordinaires.
  • Pourquoi ne pas faire une perfusion de Venofer au lieu d'une transfusion ? Là le médecin réfléchi un instant et répond : je vais demander si il y en a de disponible à la pharmacie de l'hôpital.
Je remercie ce jeune médecin chef du soin qu'il a pris à nous écouter, à nous répondre, à ne pas refuser d'office notre suggestion. C'est là qu'on voit que la relation malade-médecin a changée et que malgré toute ses connaissances ce médecin a su rester humble et n'a pas considéré le malade et sa famille comme quantité négligeable.

Donc maman a été perfusée avec du Venofer et nous sommes revenus la chercher dans l'après midi. La semaine suivante elle a reçu une autre perfusion. Bien sûr ce n'est pas comme une transfusion et  elle ne se sent pas tout de suite retappée, mais son taux est remonté à 9,2 ce qui laisse quand même une marge, si jamais elle faisait une autre hémorragie.

Encore un grand merci à ce médecin et au personnel car maman n'est plus toute jeune, elle a 81 ans et en France cela fait plaisir de voir avec quel soin on traite les personnes âgées ce qui n'est pas le cas dans tous les pays, je pense particulièrement à l'Angleterre !


Publié dans Montfermeil

Commenter cet article